4 October 2022

Je ne suis pas une Putzfrau, mais…..je deviens chèvre !

Quand, où, qui ? je ne piperai mot. Mais vous aurez le comment
A la fin du texte quelques-unes de vos remarques après la 1ère publication de ce texte et surtout le comble du comble, les dernières minutes de ce séjour qui m’a laissé un goût amer.

J’ai eu une amie maniaque de la propreté, elle se reconnaîtra. J’ai une amie très ordrée, ordonnée. Pas maniaque mais pas loin. Je les aime toutes les deux et il ne m’a pas été difficile de les côtoyer ni de les loger.
J’ai également des amis qui s’en foutent et c’est un joyeux bordel chez eux dans lequel on n’a pas de complexe. Et j’ai vu pire, nettement pire.
Quand je travaillais dans le social, j’ai vu des taudis. J’ai vu des appartements jonchés de déchets, dans lesquels il fallait se frayer un passage. J’ai vu le film suisse-allemand « a glorious mess » (un joyeux bordel) et aussi dans la réalité, ce qu’est qu’être atteint du syndrome de Diogène. En Roumanie j’ai visité des squats. J’ai marché à travers des déchetteries, pleines d’immondices en l’absence de WC et ce, à l’intérieur même des immeubles où des rats nous passaient entre les jambes. Mais ça c’est une autre histoire.
J’ai aidé des toxicos à retrouver des affaires avant une hospitalisation….pas une mince affaire…

J’ai aussi visité des maisons luxueuses, dans un ordre monacal ou à l’opposé dans un joyeux foutoir…bref, l’ordre et le désordre me connaissent, la propreté et la saleté j’ai vu ainsi que les personnes y relatives. Je crois que le pire fut m’asseoir en Roumanie chez des personnes de la campagne sur un lit dont les couvertures coagulées par la crasse mesuraient au moins 50 cm d’épaisseur et étaient aussi lisses qu’une patinoire à force de saleté. Mais je m’en foutais, l’ambiance et l’accueil étaient chaleureux. Enfin je ne sais pas si c’était le pire.
Ah non, un hôtel dans le quartier latin, infecté de punaises. Ça c’était vraiment désagréable.

Je ne suis pas une putzfrau, c’est clair. Et chez moi l’ordre et le désordre sont très variables. Toujours vivables même si pour certains c’est trop et qu’ils ne pourraient pas faire de même chez eux
.
Cependant quand j’avais mon restaurant, que ce soit pour les clients ou dans ma cuisine, l’ordre et la propreté étaient impeccables. Et gare si un couteau était rangé même à quelques millimètres de sa place !
De même pour mes locataires je m’attache à présenter les lieux le mieux possible et j’y mets tout mon cœur.
Donc un peu désordonnée ou légèrement maniaque, je me fais à toutes les sauces. Mais ce que je vis ces jours, dépasse l’entendement. Je n’y comprends rien

1er jour :
Arrivée. Grand contentement. « C’est encore plus beau que les photos »
Trois heures après la 1ère sieste :

  • Pouvez-vous nous changer les draps et taies d’oreillers ? il y a une odeur d’huiles essentielles.
  • Oui, bien sûr, pourquoi ?
  • Je suis allergique aux odeurs d’huiles essentielles.
  • Ok pas de problème, dis-je en refilant un set complet qui me coûte 16 euros à la blanchisserie et en expliquant que je fais cela pour éloigner moustiques et autres…
    Ils préfèrent les moustiques

2 ième jour :

  • Pouvez-vous nous donner d’autres coussins. Ceux-ci n’ont pas d’odeur.
  • ?????? !!!!!! Heu ok, mais (je n’y comprends rien entre nous soit dit). Et j’apporte des coussins neufs encore dans leur emballage. Je les laisse les déballer au cas où mes mains pollueraient leur virginité.

3ième jour :

  • Avez-vous d’autres tasses. Pour notre café, elles n’ont pas la bonne dimension
  • Heu….Vous avez reçu 3 grandeurs de tasses, 1 bol, 1 tasse de grandeur moyenne et 1 petite tasse pour ristretto
  • Oui mais elles n’ont pas la dimension de notre mesure de café
  • Désolée, non je n’ai pas d’autres tasses. De plus vous avez aussi 4 sortes de verres, s’il le faut.
  • Ok, nous ferons avec. Et ils avaient vraiment l’air dépité.

Je me dis qu’après cela, l’aventure touristique prend fin quant à la réception de mon charmant petit appartement, proposé comme tel et apprécié par tous jusqu’à ce jour, mais non….

  • Heu, Antoinette, pouvez-vous nous changer les linges de bain ?
  • Heu, pourquoi ?
  • Ils sentent mauvais !
    Je me retiens : ils sentent mauvais et vous me le dites après 2 jours !!!!
  • Oui, ils ont comme une odeur de chaussettes, de pieds
  • Moi ??????
  • Mais c’est seulement quand ils sont mouillés, après nous être essuyés
  • Heu, ben, s’ils ne sentent pas mauvais quand ils sont secs, et qu’ils ont une odeur après avoir voluptueusement parcouru votre corps et vos pieds…que dire…
    Mais ok je change les linges. Tout ça évidemment à mes frais, lessives, repassage e tutti quanti. Mais c’est là que je commence à devenir chèvre…ma patience légendaire a des limites bientôt franchies.

3ième soir, de mon propre chef, et pour faire bonne figure, je leur propose que d’ici 3 ou 4 jours (soit moins d’une semaine après leur arrivée) de me donner leur literie et linges pour que je fasse une lessive. Entre nous c’est normal, il n’y a pas de quoi me vanter.

4ième matin :
-Antoinette, pouvons-nous vous donner nos draps, taies d’oreillers, duvet pour faire une lessive

  • Ben… oui.
    Que dire, que faire ? Mais là franchement mes oreilles commencent de friser
    Ok je lave le tout, 2 machines et leur demande de m’aider à pendre la 1ère.

Dans la journée du 4ième jour, ils sortent tout, tout, tout tout, TOUT. Ils mettent tout dehors sur des petits sèche-linges, sur le toit de la maison d’en-dessous. TOUT. Je n’en reviens pas… Mais qu’est-ce qu’ils ont ces gens ?


5ième jour :
Lessive pendue à l’extérieur sur leur petit sèche-linge. Ouf, ils n’en n’ont pas qu’après moi ! Même les linges de bains lavés 1 jour avant ont eu droit à une nouvelle lessive !
Je dois vous dire que je ne me réjouis pas d’être mise en face de leur prochaine doléance. Ou bien ça va s’arrêter là ?
Je repousse l’échéance d’une éventuelle confrontation et vous écris tout cela en reculant le moment où je vais les croiser.
Qu’est-ce qui m’attend si je mets le nez dehors ?

Finalement je risque la rencontre. Comment allez-vous ? bla bla bla et etc….petits échanges sur leur promenade de hier et je m’échappe …. Ouf, ils ne m’ont pas annoncé d’autres drames ménagers.

6ième jour :
Je m’en vais avant leur lever. Quand je reviens, à nouveau leur lessive pend devant la pergola.
Propre, tout doit être propre. Mais ils ne sont pas Suisses pourtant ! Mille excuses pour cet à priori, mais il est vrai qu’à part moi et quelques autres en Suisse, c’est propre en ordre chez nous, n’est-ce pas ?

Encore 6 jours …. J’espère que le cirque des lessives va prendre fin.
Et après ce sera mon tour de lessiver derrière eux pour les prochains visiteurs.

Devrai-je dorénavant formuler mon annonce :
Charmant petit appartement, accueillant pour tous sauf pour obsédés de la lessive ?
Ou, bienvenue sauf aux maniaques ou Me réjouis de vous accueillir avec les odeurs du sud… ou ?

Donnez-moi des idées.

Idées, remarques reçues après la lecture du texte ci-dessus :
Christine : il est bon de ne pas habiter près du lieu qu’on loue ! Claudia ; mais il leur faut un hôtel 7 étoiles ! une autre : il faut s’attendre à des problèmes quand on loue quelque chose et prends une assurance juridique

Alors pour s’attendre à des problèmes, ben oui, effectivement. Déjà que la communication entre humains est ce qu’il y a de plus difficile, alors qu’on on y ajoute quelques ingrédients comme : une langue maternelle différente, une culture différente, des caractères ou personnalités …heu…spéciaux et si on y ajoute des allergies…

Donc le dernier jour, ils s’apprêtaient à quitter les lieux comme convenu. Tout va très bien Madame la Marquise. Une demi-heure avant, comme convenu, nous (la femme de ménage et moi, commençons à nettoyer la pergola ( j’étais un peu aux abois, d’autres locataires arrivant peu après. Cependant ils m’avaient donné leur accord pour commencer les nettoyages d’extérieur plus tôt).
Les 1ers coussins tape-tapés au tape-tapis, ELLE, la dame, surgit en sommant la femme de ménage d’arrêter car elle ne supporte pas la poussière, elle est allergique . Ok, nous arrêtons et reprendrons les nettoyages après leur départ.
Donc nous commençons les nettoyages intérieurs, chacune ayant sa part de boulot quand Flora, le femme de ménage m’appelle et me montre ce qu’elle a dans sa balayette après avoir passé le balai dans a 1ère partie, salle de bain et cuisine. La ramassoire fait environ 25 cm de large et 20 de profondeur, et 6 cm de hauteur. Ces détails pour que vous mesuriez l’étendue de ma surprise : allergique à la poussière ? à celle des autres, oui ! pas à la sienne. La ramassoire non seulement était pleine mais elle débordait…..

Et pour couronner le tout, ils sont partis en emportant un livre sur Tinos en grec et une carte pédestre à 16 euros que j’avais achetée pour leur faciliter le séjour.

Comme dit ma cousine, je suis très généreuse et offre beaucoup à mes locataires en prestations diverses. Oui, je n’arrive pas à être pingre. Mais de là à me faire voler ! Ca non, ça ne passe pas

Conclusion ? AAAARRRRGGGGHHHHHHHHH, mais ça, ça passera.

Bonne journée


Nos textes sont traduits par Deepl. Si vous souhaitez nous aider, nous vous en serons très reconnaissants. Merci de votre compréhension!

About

Aenean cursus ut tellus rhoncus finibus. Mauris tristique rhoncus bibendum. Curabitur aliquet sem ac magna porta, nec scelerisque est cursus. Etiam vehicula malesuada libero, eget sodales enim imperdiet id.

Follow us